Les multiples enseignements des registres

Une photographie des pratiques

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 21/04/2020

Depuis 15 ans, la Société française de rhumatologie (SFR) promeut des registres, en particulier dans la polyarthrite rhumatoïde, mais aussi dans les autres maladies auto-immunes. Une source précieuse d’informations dans la vraie vie et sur des cohortes plus larges que celles des essais cliniques.

Les registres ont renseigné sur les complications extra-articulaires de la PR, comme les nodules rhumatoïdes

Les registres ont renseigné sur les complications extra-articulaires de la PR, comme les nodules rhumatoïdes
Crédit photo : Phanie

C’est en 2005 que fut mis en place, sous l’égide de la SFR, un premier registre prospectif (AIR-PR) dans le but d’évaluer, en pratique courante, l’efficacité et la tolérance du rituximab dans la polyarthrite rhumatoïde (PR) et les maladies auto-immunes (AIR). Ces registres ont colligé les données de près de 2 500 patients suivis pendant sept ans. Puis en 2008, un registre sur le même modèle a été initié avec un autre traitement ciblé, l’abatacept.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)