Goutte et hyperuricémie

Risque cardio-vasculaire et mortalité augmentés  Abonné

Publié le 13/09/2012
1347498763370189_IMG_89025_HR.jpg

1347498763370189_IMG_89025_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

SI LA RELATION entre goutte et maladies cardio-vasculaires est bien connue, le rôle propre de l’acide urique ou des cytokines inflammatoires (CRP, IL6), dont il induit la sécrétion, reste obscur. En Allemagne, 1 056 patients âgés de 30 à 70 ans ayant une cardiopathie ischémique stable ont ainsi été suivis pendant huit ans (1). À l’inclusion, 229 d’entre eux étaient également goutteux. Ces patients avaient un profil cardiométabolique défavorable avec des taux sériques de CRP, d’IL6 et d’acide urique élevés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte