Infiltrations sous AVK et antiagrégants

Quel risque hémorragique ?  Abonné

Publié le 12/12/2011
1323656506308066_IMG_73746_HR.jpg

1323656506308066_IMG_73746_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Y a-t-il un risque à infiltrer des patients sous AVK ou antiagrégants plaquettaires. C’est ce qui a été évalué par une étude observationnelle ayant inclus 89 patients. Trente-cinq étaient sous AVK, 37 sous salicylés et 17 sous clopidogrel. Tous ont eu une infiltration articulaire ou périarticulaire. Dans 57 cas, il s’agissait du genou, dans 16 cas de l’épaule et dans 6 cas de la hanche. Sur l’ensemble des infiltrations, les auteurs signalent la nécessité d’une compression prolongée pour saignement local immédiat dans 12 cas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte