Pr Alain Cantagrel, CHU de Toulouse

Quel risque de surtraitement dans la polyarthrite rhumatoïde ?

Par
Publié le 27/02/2020
Le risque iatrogène et le coût des traitements de la polyarthrite rhumatoïde (PR) ont amené à se poser la question des risques de surdiagnostic et de surtraitement, et de leur impact éventuel. Actuellement, les recommandations des sociétés savantes nationales ou internationales restreignent le risque de surtraitement à l’initiation du médicament, mais on pourrait mieux faire lors du suivi thérapeutique.

Crédit photo : DR

La séquence de la prise en charge d'une PR débutante est bien codifiée : faire un diagnostic précoce, mettre en route un premier traitement synthétique par méthotrexate (MTX) le plus souvent, évaluer la réponse thérapeutique après 3 à 6 mois. Si la rémission est obtenue, on maintient la réponse pendant au moins 12 mois avant d'essayer de diminuer le MTX. En cas de réponse bonne mais partielle, on cherche à optimiser le MTX en augmentant la posologie, en changeant de voie d'administration ou en le combinant avec un autre traitement synthétique conventionnel.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)