Ostéoporose

Odanacatib, un enterrement de « première classe » !

Par
Pr Philippe Orcel -
Publié le 20/12/2019
Malgré la capacité de l’odanacatib à réduire l'incidence cumulée des fractures chez des femmes ménopausées, son développement dans l’ostéoporose a été arrêté en raison d’un risque accru d’évènements cardiovasculaires et d’AVC. Explications des résultats des études LOFT et LOFT-Extension.

Crédit photo : Phanie

Élargir la palette des médicaments de l’ostéoporose est une nécessité. Si obtenir un nouvel agent anabolique (le tériparatide étant toujours le seul en France) est une priorité, le développement d’agents anti-ostéoclastiques est aussi utile.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)