Y compris en contexte non inflammatoire

Les corticoïdes doublent le risque thrombo-embolique  Abonné

Publié le 04/04/2013
1365686047422185_IMG_102304_HR.jpg

1365686047422185_IMG_102304_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

1365686048422362_IMG_102335_HR.jpg

1365686048422362_IMG_102335_HR.jpg

SYSTÉMIQUE, INHALÉE OU TOPIQUE intestinale, quelle que soit la voie d’administration, les corticoïdes doublent le risque thrombo-embolique selon une étude danoise. Sans surprise, la voie systémique est la plus à risque avec une incidence triplée à l’instauration du traitement, ce qui correspond à 11 accidents supplémentaires pour 1 000 nouveaux utilisateurs par an. Le surrisque diminue rapidement à l’arrêt, puisqu’il n’est augmenté que de 18 % dans les 90 à 365 jours post-traitement et s’annule au-delà.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte