Ostéoporose

Le besoin d’affiner la stratégie diagnostique et thérapeutique  Abonné

Publié le 11/12/2008
1276105989F_600x_21244_IMG_5649_1229068239093.jpg

1276105989F_600x_21244_IMG_5649_1229068239093.jpg

1276105988F_600x_19774_IMG_5648_1229067318750.jpg

1276105988F_600x_19774_IMG_5648_1229067318750.jpg

IL EST INCONTESTABLE que l’ostéoporose est un problème de santé publique : 150 millions d’ostéoporotiques dans le monde (dont la moitié en Europe), une incidence des fractures de hanche qui, d’ici 2050, augmentera de 310 % chez l’homme et de 240 % chez la femme. Si cette dernière est plus touchée que l’homme, le Dr Fechtenbaum insiste sur le fait qu’après 50 ans, un homme sur huit est touché ; « en outre j’ai l’impression que l’ostéoporose masculine est encore sous-estimée et qu’elle est souvent plus sévère que chez la femme ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte