La densitométrie osseuse, vingt ans après !  Abonné

Publié le 20/02/2014

Utilisée depuis plus de 20 ans la densitométrie est un outil disponible et fiable. Pourquoi alors n’est-il pas plus utilisé, s’est demandé Jean Michel Pouillès (Toulouse) lors de la session « densitométrie ». En effet, seulement une femme ménopausée sur 7 ayant un facteur de risque bénéficie en France d’une mesure de DMO. Ces chiffres traduisent les efforts à poursuivre pour augmenter la détection de l’ostéoporose chez les femmes à risque et affiner les indications de recours à cette mesure, qui sont plus larges dans d’autres pays.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte