Prise en charge de la goutte

Des perspectives thérapeutiques

Publié le 21/04/2020

Si l’allopurinol reste le traitement hypouricémiant de première intention, associé à de faibles doses prophylactiques de colchicine, l’anakinra présente un intérêt dans le traitement des crises en cas de comorbidités cardiovasculaires ou rénales. L’identification de nouveaux facteurs de risque offre également de futures perspectives thérapeutiques…

Un diagnostic fondé sur l’identification des cristaux d’urate

Un diagnostic fondé sur l’identification des cristaux d’urate
Crédit photo : Phanie

Selon les recommandations actualisées de l’EULAR, le diagnostic de la goutte est fondé sur l’identification des cristaux d’urate (1), d’après l’analyse du liquide articulaire (ou d’un tophus) ou par les techniques d’imagerie. De haute spécificité (84 %), l’échographie recherche les signes de double contour et d’agrégats hyperéchogènes évocateurs de tophus. Avec 87 % de sensibilité et 84 % de spécificité, le scanner en double énergie permet de différencier les dépôts de cristaux (d’urate ou calciques), de les localiser, d’évaluer leurs volumes et conséquences ostéo-articulaires.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)