Empêcher le passage à l'acte

Une hormonothérapie dans le trouble pédophile  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 07/05/2020
Un essai clinique randomisé suédois démontre l'intérêt d'une castration par un antagoniste de l'hormone entraînant la libération de gonadotrophines (GnRH) dans le trouble pédophile.
Dans le monde, une jeune fille sur 10 et un jeune garçon sur 20 sont abusés sexuellement

Dans le monde, une jeune fille sur 10 et un jeune garçon sur 20 sont abusés sexuellement
Crédit photo : Phanie

Une castration par hormonothérapie pourrait-elle diminuer les risques de passage à l'acte des hommes souffrant d'un trouble pédophile ? C'est ce que démontre une étude du Karolinska Institutet publiée dans « Jama Psychiatry » avec le dégarelix, un antagoniste de l'hormone entraînant la libération de gonadotrophines (GnRH), utilisé  dans le traitement du cancer avancé de la prostate. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte