Prescription de psychotropes en EHPAD

Leur réduction est une nécessité absolue  Abonné

Publié le 23/03/2015

Crédit photo : PHANIE

Les psychotropes restent très prescrits, notamment en EHPAD. Dans les années 1990, la mise sur le marché de neuroleptiques atypiques -perçus comme plus sûrs que les neuroleptiques classiques- a largement contribué à l’augmentation de la prescription de cette classe thérapeutique. Toutefois, leur prescription prolongée n’est pas sans risque : elle peut notamment accélérer le déclin cognitif et engendrer accidents vasculaires cérébraux (AVC) et morts subites.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte