Dépression du post-partum

La prévention protège la mère mais aussi l’enfant  Abonné

Publié le 23/05/2013
1369271763434008_IMG_105347_HR.jpg

1369271763434008_IMG_105347_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

Avec une incidence de 13 %, chiffre issu d’une mita analyse de 1996 prenant en compte les dépressions survenant dans l’année suivant l’accouchement (O’Hara 1 996), la dépression du post-partum est l’une des complications les plus fréquentes survenant dans les suites d’un accouchement. Le premier et le plus important pic d’incidence se situent entre la 4e et la 6e semaine suivant l’accouchement, le second entre le 6e et le 8e mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte