Les psychiatres repensent leur rôle

La dysphorie de genre n'est pas un trouble psychiatrique  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 30/01/2020
Transexués, trans ou intergenre, bi, tri ou a-genre, MtoF (male to female), FtoM… la transidentité bouleverse les catégories traditionnelles. Alors que la 11 e version de la classification internationale des maladies (CIM) sort l'incongruence de genre des troubles mentaux pour la classer dans le chapitre sur la santé sexuelle, les psychiatres ont repensé leur rôle au Congrès de l'Encéphale, le 22 janvier.
Un des facteur protecteur à valoriser contre le stress des minorités est le soutien relationnel

Un des facteur protecteur à valoriser contre le stress des minorités est le soutien relationnel
Crédit photo : AFP

Officiellement, la transidentité n’est plus considérée comme une pathologie psychique. La dernière version de la classification internationale des maladies (CIM-11) de l’Organisation mondiale de la santé a retiré l'incongruence de genre de la liste des affections psychiatriques, pour la placer dans le chapitre santé sexuelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte