Pr Jean-Louis Senon

« En psychiatrie, les droits des patients sont davantage pris en compte »  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 17/10/2019
Le professeur de psychiatrie Jean-Louis Senon est chargé par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) d’une mission sur la réduction du recours aux soins sans consentement et aux pratiques d’isolement et de contention. Depuis 2018, il échange avec les établissements psychiatriques sur les moyens à mettre en œuvre pour limiter cette pratique.

Crédit photo : DR

LE QUOTIDIEN : Quel constat tirez-vous de votre tour de France sur le recours à la contention et à l'isolement ?

Pr Senon : Il y a eu une sidération en 2016 provoquée par les prises de position successives du Contrôleur général des lieux de privation de liberté, de la Conférence des présidents de commission médicale d’établissement (CME), et de la Haute Autorité de santé (HAS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte