À Lausanne

Des « présences fantômes » de laboratoire pour mieux comprendre la schizophrénie  Abonné

Publié le 18/12/2014
1418870513572278_IMG_143822_HR.jpg

1418870513572278_IMG_143822_HR.jpg
Crédit photo : DR

Selon l’équipe dirigée par le Pr Olaf Blanke, cette illusion inquiétante de « présence fantôme » serait en fait due à une perception conflictuelle et asynchrone sensori-motrice de son propre corps et de ses mouvements.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte