Prothèse d'épaule : attention au risque d'événements indésirables graves chez les sujets âgés

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 22/02/2019
prothese epaule

prothese epaule
Crédit photo : PHANIE

Selon une étude britannique publiée dans « The BMJ », le risque d'événements indésirables graves liés à une prothèse d'épaule est plus élevé qu'attendu, et ce de façon plus marquée chez les hommes de plus de 85 ans. « Nos résultats mettent en garde contre l'expansion non contrôlée de la chirurgie de remplacement d'épaule chez les patients jeunes et âgés, indique au « Quotidien » Richard Craig, premier auteur de l'étude. La pose d'une prothèse d'épaule peut soulager considérablement la douleur et le handicap de nombreux patients souffrant d'arthrose de l'épaule. Cependant, la balance bénéfice-risque peut être défavorable chez certains patients. »

Un nombre de prothèses multiplié par cinq entre 1998 et 2016

Le nombre de poses de prothèse d'épaule a été multiplié par 5,6 entre 1998 et 2016, passant de 1 018 à 5 691 cas. Richard Craig évoque plusieurs facteurs parmi lesquels l’augmentation du nombre de patients âgés souffrant d'arthrose sévère et les avancées techniques qui ont rendu l'opération accessible à davantage de patients.

Quelque 58 054 procédures – réalisées chez 51 895 patients de plus de 50 ans – ont été incluses entre avril 1998 et avril 2017 dans cette étude de cohorte fondée sur les données du National Health Service. L'arthrose était l'indication principale (69 % des cas).

Le taux d'événements indésirables graves – infections des voies respiratoires inférieures, infections des voies urinaires, lésions rénales aiguës, embolie pulmonaire… – était de 3,5 % à 30 jours (soit 1 patient sur 28) après l'opération et de 4,6 % à 90 jours (soit 1/22). Ce risque était particulièrement élevé à 90 jours chez les individus de 85 ans et plus, et davantage encore chez les hommes, une femme sur neuf et un homme sur cinq étant concernés. « Le risque de problèmes médicaux chez les patients âgés est très probablement dû à la combinaison d’une fragilité accrue et de maladies préexistantes, estime Richard Craig. Avec le vieillissement de la population, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour que les patients présentant des comorbidités puissent se faire opérer en toute sécurité. »

Informer les patients des risques

Si la plupart des prothèses d'épaule peuvent durer toute la vie du patient, une reprise chirurgicale a été nécessaire dans les 5 ans post-chirurgie pour 3 891 prothèses. Les hommes de 55-59 ans étaient davantage concernés (un homme sur quatre).

« Les patients plus jeunes sont probablement plus actifs et ont des exigences fonctionnelles plus élevées que les patients plus âgés. Par conséquent, on s'attend à ce qu'ils usent plus rapidement les composants de la prothèse », avance Richard Craig.

Au vu des résultats de cette étude, les auteurs estiment que tous les patients doivent être informés des risques d'événements indésirables graves et qu'une prise de décision partagée entre patients et cliniciens est essentielle. 


Source : lequotidiendumedecin.fr