Plus de 25 études randomisées passées au crible

Ventilation invasive lors d’hypoxie aiguë : pas nécessairement la panacée

Par
Publié le 12/10/2020

Y a-t-il avantage à ventiler invasivement lors d’insuffisance respiratoire (IR) aiguë hypoxique ? Rien n’est moins sûr. En tout cas c’est ce que suggère une vaste méta-analyse d’études comparant la ventilation non invasive au masque ou au casque avec la ventilation invasive classique (1). Cela alors que, lors de la pandémie de Covid-19, il est apparu que l’on pouvait avec bénéfice ventiler non invasivement nombre de sujets, y compris ceux nécessitant de hauts volumes d’oxygène (2).

Crédit photo : Phanie

Une méta-analyse de 25 études randomisées rassemblant près de 4 000 personnes adultes s’est intéressée aux méthodes de ventilation lors d’hypoxies aiguës (1). Parmi les études retenues, 13 comparaient la ventilation invasive à la ventilation au masque, quatre la comparent à la ventilation à haut débit et quatre la comparent à la ventilation au casque. Une étude comporte trois bras : ventilation invasive, masque et haut débit. Deux autres ont testé respectivement le masque versus le haut débit et le casque versus le masque.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)