Pollution atmosphérique

Une question de poids

Par
Dr Charlotte Pommier -
Publié le 19/11/2018
choix 2

choix 2
Crédit photo : GARO/PHANIE

choix 1

choix 1
Crédit photo : VICTOR DE SCHWANBERG/SPL/PHANIE

Le projet Pater, pour pollution atmosphérique sur le territoire français, a permis pour la première fois à l’échelle nationale de modéliser très finement la pollution extérieure avec une résolution de moins de 25 mètres permettant de matérialiser les axes routiers. Il est ouvert à d’autres chercheurs. Ces données ont été mises en rapport avec le domicile des femmes de la cohorte Elfe à chaque semaine de leur grossesse, montrant qu’elles sont exposées en moyenne à 21 µg/m3 de NO2, 16 pour les PM2,5 et 24 pour les PM10, avec une forte inégalité sociale, surtout en ville.

Les effets de la pollution atmosphérique sur le poids de naissance sont bien documentés, y compris à des seuils inférieurs à la réglementation. Ce travail, en cours de publication, montre des résultats cohérents, avec une diminution du poids fœtal de l’ordre de 22 g et 10 g par 10 µg/m3 PM2,5 et PM10 respectivement. De façon novatrice, il a mis en évidence des fenêtres d’exposition sensibles à certaines semaines de grossesse.

 

 

 

2 e journée scientifique Elfe. Johanna Lepeule, Inserm U1209

Dr Charlotte Pommier

Source : Bilan Spécialiste