L’IFN gamma crée la surprise  Abonné

Publié le 04/07/2011

Alors qu’il était admis jusqu’alors que l’interféron jouait un rôle protecteur dans l’asthme en raison de taux élevés observés dans les formes sévères, des chercheurs de l’université de Stanford suggèrent le contraire. D’après leurs travaux chez la souris, la cytokine semble ainsi contribuer à la sévérité de l’affection respiratoire. Des souris dont les mastocytes portent des récepteurs à l’IFN gamma éteints ne présentent pas d’asthme. À l’inverse, si des mastocytes totalement fonctionnels sont réintroduits, ces mêmes souris deviennent susceptibles de développer un asthme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte