Fibrose pulmonaire idiopathique (PFI)

L’efficacité du nintédanib se maintient à deux ans

Publié le 05/10/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

On sait que l’apparition du nintédanib, petite molécule inhibitrice de tyrosine kinase a représenté une innovation majeure pour le traitement d’une maladie aussi insidieuse qu’inexorable. En effet, les études INPULSIS 1 et 2, regroupant 1 066 patients (30 pays) ont montré qu’OFEV (150 mg x 2/j) réduisait de moitié le déclin annuel de la Capacité Vitale Forcée (CVF) : -114 ml vs -207-239 ml, sous placebo. En outre, le nintédanib réduit significativement (- 68 %) le risque d’exacerbation aigüe (dont on connaît le pronostic très sombre.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?