Le fatalisme n’est plus de mise  Abonné

Par
Publié le 19/12/2016

La fibrose pulmonaire idiopathique touche principalement les sujets âgés de plus de 65 ans. Le tabagisme, la pollution et les antécédents familiaux sont des facteurs de risques. Le diagnostic reste encore tardif et difficile, et 50 % des patients décèdent une fois le diagnostic porté.

Réduire ce délai de diagnostic est donc essentiel. Des symptômes comme un banal essoufflement doivent conduire à consulter rapidement afin, si besoin est, d’être dirigé vers les centres spécifiques pour la mise en route d’un traitement adapté.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte