Moins 25 % de décès à 10 ans au prix de 1 % de faux positifs

Le dépistage du cancer par scanner confirme son efficacité chez les sujets à haut risque

Par
Pascale Solere -
Publié le 30/03/2020

L’étude Nelson confirme l’intérêt d’un dépistage par scanner à faible dose des sujets à haut risque. Il est associé à une réduction de 25 % des décès par cancer pulmonaire à 10 ans. Sa spécificité a été nettement été améliorée. Reste à trancher la question du rapport coût/efficacité de cette stratégie.

Crédit photo : phanie

Nelson est un vaste essai randomisé mené au Pays Bas et en Belgique (1). Il porte sur plus de 13 000 hommes plus un sous-groupe de 2 600 femmes à haut risque âgés de 50 à 74 ans. Ce sont des fumeurs ou ex-fumeurs (arrêt datant de moins de 10 ans) ayant fumé au moins 15 cigarettes/j plus de 25 ans ou plus de 10 cigarettes/j plus de 10 ans. Il compare une stratégie de dépistage par scanner à l’absence de dépistage.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)