Mieux comprendre les effets de la pollution

De la suie jusqu'à la face fœtale du placenta

Par
Pascale Solere -
Publié le 22/10/2019

La barrière placentaire a fait long feu. Une étude belge sur des placentas (1) vient de trouver de la pollution au carbone suie, et ce dès la 12 e semaine de grossesse, côté fœtal. Ce qui expliquerait les conséquences délétères de la pollution, au-delà de ses effets pro-inflammatoires chez la mère.

Crédit photo : Phanie

Une étude menée en Belgique et publiée dans Nature Communications (1) lance un pavé dans la mare. Elle montre que le placenta n'échappe pas à la pollution ambiante. Des traces de carbone suie ont été retrouvées après l'accouchement dans les placentas de femmes non fumeuses. Reste à savoir si ces particules, qui s'accumulent du côté fœtal du placenta, ont des conséquences sur la santé du fœtus. Cela, alors qu'il a déjà été largement montré que la pollution de l'air modifie le poids de naissance (hypotrophie) et favorise la prématurité, sans que l'on sache exactement comment.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)