Une cohorte française sur l’embolie pulmonaire

Covid-19 : oui à l’anticoagulation sans attendre

Par
Publié le 14/09/2020

Une vaste cohorte française a précisé les facteurs de risque d’embolie pulmonaire sous Covid-19 et le bénéfice de la prophylaxie. Les leçons pratiques à retenir : il faut réduire le délai d'hospitalisation et ne pas tarder à mettre en place une anticoagulation prophylactique puis curative à l’hôpital.

Crédit photo : Phanie

L’analyse rétrospective d’une vaste cohorte française d’embolies pulmonaires (EP) documentées sous Covid-19 est riche d’enseignements (1,2). Elle montre que les facteurs de risque prédominants sont différents des facteurs de risque classique d’EP. On retrouve, côté facteurs péjoratifs, des facteurs de risque d’infection sévère à Covid-19 à savoir le sexe mâle et surtout l’inflammation (taux de CRP) et, côté facteurs protecteurs, l’anticoagulation prophylactique ou thérapeutique. Le délai avant hospitalisation, probablement du fait du retard à l’anticoagulation, est lui aussi péjoratif.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)