Deux fois moins de pneumonies associées à la ventilation

Bénéfice d’une antibioprophylaxie courte après arrêt cardiaque

Par
Publié le 13/12/2019

Dans les arrêts cardiaques extrahospitaliers réanimés, ajouter une antibiothérapie prophylactique de courte durée – 2 jours – réduit de près de moitié le risque de pneumonie précoce associé à la ventilation mécanique. C’est ce que vient de montrer une étude multicentrique française (1).

Crédit photo : Phanie

Après un arrêt cardiaque extrahospitalier réanimé, la survie n'excède pas les 20 % et les complications neurologiques sont nombreuses. Maintenir les patients en hypothermie à 32-36°C améliore leur morbimortalité. Néanmoins, cette stratégie augmente le risque infectieux, en particulier celui des pneumonies précoces associées à la ventilation mécanique – survenant au cours de la première semaine. Le recours à une antibiothérapie prophylactique probabiliste peut-elle réduire ce risque ? La question n'était pas clairement tranchée.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)