Plus d’exacerbations sévères chez des non cardiaques

Attention aux bêtabloquants dans les BPCO sévères

Par
Publié le 21/02/2020

BPCO et bêta bloquants ne font pas toujours bon ménage. C’est ce que vient confirmer une étude randomisée visant à tester leur intérêt dans la BPCO en absence d’indication cardiaque. L’étude a en effet dû être interrompue précocement pour cause d’augmentation des exacerbations sévères.

Crédit photo : GARO/PHANIE

Les bêtabloquants chez les cardiaques porteurs de BPCO restent sous-utilisés par crainte d’un impact sur la fonction pulmonaire. Néanmoins, la plupart des études épidémiologiques suggèrent que le bénéfice persiste. On a même constaté une réduction des exacerbations. « Dans une métaanalyse de 15 études, les bêtabloquants étaient associés à une réduction de près de 40 % des exacerbations et de 30 % des décès au sein d’une population BPCO majoritairement cardiaque », rappelle dans son éditorial (1) le Pr William MacNee (Université d’Edimbourg, Écosse).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)