Antagoniste du récepteur LPA1

Une piste dans l’hydrocéphalie fœtale  Abonné

Publié le 16/12/2011

UNE ÉTUDE sur un modèle murin suggère le rôle d’un lipide sanguin, l’acide lysophosphatidique (LPA), et de son récepteur LPA1 dans la survenue d’une hydrocéphalie fœtale. Ces résultats pourraient ouvrir la voie au développement de nouvelles thérapeutiques pour l’hydrocéphalie fœtale, dont le seul traitement est actuellement une dérivation chirurgicale du LCR.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte