Du retard aux troubles d’apprentissage

Une meilleure organisation contre l’échec scolaire  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 09/12/2019
De 6 à 8 % des enfants pourraient être atteints de troubles d’apprentissage à composante « dys » et, si on inclut la difficulté ou le retard scolaire, on atteint entre 18 et 24 %. Au final, 12 % des enfants sont en échec scolaire, c’est-à-dire qu’ils atteignent au plus un niveau égal au brevet des collèges.
La première ressource se trouve à l’école

La première ressource se trouve à l’école
Crédit photo : phanie

L’échec scolaire est plurifactoriel, que l’enfant soit empêché d’apprendre ou qu’il connaisse d’emblée des troubles d’apprentissage. « Il est essentiel pour les professionnels de santé de différentier les retards d’apprentissage – qui correspondent à un décalage dans le temps et ne sont pas pathologiques – des troubles de l’apprentissage, plus pathologiques, avec tous ces profils bien spécifiques de type “dys“ », insiste Vincent Lodenos, enseignant spécialisé au Centre de référence des troubles d’apprentissage (CRTA), CHU de Nantes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte