Un médecin homéopathe poursuivi après la mort d'un enfant des suites d’une otite mal soignée en Italie

Par
Ariel F. Dumont -
Publié le 29/05/2017
homeo

homeo
Crédit photo : S. Toubon

Mourir d’une otite mal soignée à sept ans. C’est arrivé en Italie où un enfant a été déclaré en état de mort cérébrale samedi soir.

Transporté d’urgence à l’hôpital d’Ancône (Ombrie), le petit Francesco est arrivé dans le coma. Ses parents expliquent aux médecins que leur fils est soigné à l’homéopathie depuis l’âge de trois ans. Ils ajoutent que Francesco a déjà souffert d’otites et qu’il « a toujours été bien soigné par l’homéopathie ». Tout a commencé de façon très classique : mal à l'oreille, poussée de fièvre et nez bouché. Les parents contactent le Dr Massimiliano Mecozzi spécialisé en homéopathie.

Mis en examen et convocation à l'Ordre

Malgré la thérapie prescrite par le praticien, l’inflammation persiste et s’aggrave. Les parents s’inquiètent, téléphonent au Dr Mecozzi qui accepte « exceptionnellement », dit-il, de se déplacer pour examiner Francesco. Il rassure les parents, donne quelques gouttes à l’enfant. Quelques heures plus tard, la fièvre augmente, l’enfant ne réagit plus et les parents appellent les urgences. L’épilogue douze heures plus tard avec le décès de Francesco.

Une plainte ayant été déposée par le grand-père de l’enfant, les parents et le médecin ont été mis en examen. Le praticien accusé d’homicide par négligence, a également été convoqué par l’Ordre régional des médecins de Pérouse. « C’est une procédure normale, à partir du moment où un confrère fait l’objet d’une enquête judiciaire, l’Ordre des médecins doit automatiquement ouvrir une procédure et la suspendre en attendant la décision de la justice », explique le Dr Giuseppe Lavra, président de l’Ordre des médecins de Rome. Mais pour ce praticien, « la chasse aux sorcières et la mise au ban de l’homéopathie alors que dans cette affaire, il s’agit d’une décision prise par un médecin, est dangereuse et inacceptable ».

Un médecin au parcours étonnant

Selon le quotidien régional « Quotidiano.net », le Dr Mecozzi n’avait pas de très bonnes relations avec l’Ordre des médecins de Pérouse qui lui avait réclamé à plusieurs reprises, de documenter sa formation d’homéopathe. Ce que ce praticien a toujours refusé de faire. Son parcours médical est également détonnant. Selon la presse italienne, le Dr Mecozzi a interrompu sa carrière pendant cinq ans pour devenir porteur dans un supermarché.

À cette époque, il milite également dans les rangs d’une association mystique qui prédit l’apocalypse imminente. Au bout de 5 ans, le Dr Mecozzi remet sa blouse blanche, se lance dans l’homéopathie et ouvre deux cabinets. La semaine dernière, la carrière de ce praticien s’est brisée sur la mort d’un enfant, « un évènement inacceptable mais il ne faut pas diaboliser l’homéopathie. Tout médecin quelle que soit sa spécialisation, connaît ses limites et ses possibilités. Dans ce cas précis, il s’agit d’une erreur individuelle », assène le Dr Lavra.

De notre correspondante Ariel F. Dumont

Source : lequotidiendumedecin.fr