Un lien de causalité parfois difficile

Publié le 19/11/2018

Les effets indésirables peuvent être très spécifiques et faciles à mettre en évidence, ou au contraire plus malaisés à attribuer à la prise du médicament. C’est le cas par exemple pour l’augmentation observée de la fréquence des affections respiratoires sous inhibiteurs de la pompe à protons, avec des épisodes de pneumopathie qui restent difficiles à rattacher au niveau individuel à la prise de médicament.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?