Échec de prothèses totales de hanche

S’efforcer de cerner la cause  Abonné

Publié le 12/11/2012
1357227961381322_IMG_96242_HR.jpg

1357227961381322_IMG_96242_HR.jpg

1357227960381321_IMG_96241_HR.jpg

1357227960381321_IMG_96241_HR.jpg

1357227959381315_IMG_96240_HR.jpg

1357227959381315_IMG_96240_HR.jpg

AFIN D’AMÉLIORER les résultats de la mise en place des prothèses de hanche (PTH), il est crucial de reconnaître les mécanismes des échecs. Un peu comme après la mise sur le marché d’un médicament, la seule façon de se faire une idée du bien fondé de son utilisation est de mettre en place une évaluation de l’expérience en cours, expérience accumulant au fur et à mesure un nombre croissant de patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte