Lors d’une réanimation pédiatrique

Les soignants restent hostiles à la présence parentale  Abonné

Publié le 13/01/2014
1389630683487945_IMG_119972_HR.jpg

1389630683487945_IMG_119972_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

1389630684487998_IMG_119980_HR.jpg

1389630684487998_IMG_119980_HR.jpg

EN FRANCE, seuls 17 % des équipes urgentistes sont favorables à la présence des parents en cas de réanimation cardio-pulmonaire d’un enfant et la présence parentale effective ne dépasse pas 6 %. Un « score » très très bas qui va à l’encontre des recommandations officielles et de la pratique de nombreux pays. Au Royaume-Uni, au Canada, aux États-Unis, le taux d’acceptation par les professionnels de santé va de 66 % à 100 % selon les enquêtes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte