Des mères souvent concernées

L’accouchement peut devenir trauma  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 09/12/2019
Jusqu’à 30 % des mères développeraient un stress post-traumatique après un accouchement compliqué, avec un impact potentiel sur la relation mère-enfant. L’anticipation et l’écoute des soignants doivent prévenir la persistance de symptômes.
Il faut éviter que le stress perdure à distance

Il faut éviter que le stress perdure à distance
Crédit photo : phanie

Syndrome bien connu chez les parents d’un nouveau-né hospitalisé en réanimation néonatale, le stress post-traumatique parental peut aussi survenir à la suite d’un accouchement : même si celui-ci est considéré comme normal d’un point de vue médical, les données internationales montrent que de 1 à 5 % des mères – plus souvent concernées que les pères – vont développer un stress post-traumatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte