Évolution sur dix ans Outre-Manche

Du mieux pour la survie des prémas, statu quo pour la morbidité  Abonné

Publié le 12/12/2012

CHAQUE JOUR de plus est un jour de gagné. C’est ce que ne cessent de répéter les obstétriciens et pédiatres à propos des menaces d’accouchement prématuré. Malgré de grands progrès dans la prise en charge, la prématurité reste grevée d’un taux élevé de complications néonatales. Une grande étude britannique le confirme Outre-Manche dans une cohorte nationale concentrée sur la seule Angleterre au cours de la période 1995-2006.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte