Rachis thoracolombaire chez l’enfant

Des Français proposent le signe du « souffle coupé »  Abonné

Publié le 28/02/2013

DANS LES FACTURES du rachis thoracolombaire, l’examen clinique est souvent à tort rassurant. Or l’atteinte des structures cartilagineuses, qui constituent des zones de faiblesse, passe volontiers inaperçue sur les radiographies standards. Ajoutons à cela des spécificités anatomiques et physiologiques. Ce qui fait que les fractures rachidiennes de l’enfant diffèrent de celles de l’adulte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte