Une cible basse diminue le risque de rétinopathie mais...

Pour les prémas, mieux vaut garder le cap d'une « bonne » sat en O2  Abonné

Par
Publié le 11/02/2016
PREMA

PREMA
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

 

Alors que in utero la saturation en oxygène (sat O2) est physiologiquement basse, les nouveau-nés prématurés pourraient-ils bénéficier d'une prise en charge ciblant des chiffres moins élevés pour ce paramètre respiratoire ? La plus faible incidence de la rétinopathie sévère effectivement constatée est balayée par l'augmentation de la mortalité et des incapacités neurosensorielles à l'âge de 2 ans, répond l'étude BOOST-II publiée dans le « New England Journal of Medicine ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte