De l’influence des conditions environnementales sur la sécheresse oculaire  Abonné

Publié le 02/12/2013

La sécheresse oculaire résulte d’une perturbation du film lacrymal ; celui-ci est constitué d’une couche lipidique, superficielle sécrétée par les glandes de Meibomius, d’une couche aqueuse, et d’une couche muqueuse plus profonde au contact des cellules épithéliales cornéo-conjonctivales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte