Grâce à une activité gamma synchrone

Pour lire, les neurones vibrent au diapason  Abonné

Publié le 21/05/2012
1337590468349343_IMG_83882_HR.jpg

1337590468349343_IMG_83882_HR.jpg
Crédit photo : Jean-Philippe Lachaux

ALORS QUE la lecture requiert la participation de différentes aires cérébrales, comment la communication entre des neurones éloignés les uns des autres s’établit-elle ? L’équipe INSERM « centre de recherche en Neurosciences » à Lyon dirigée par Jean-Philippe Lachaux vient de mettre en évidence la façon dont les différentes parties du cerveau échangent à distance. La clef réside dans une activation spécifique et corrélée : les neurones ayant à communiquer entre eux présentent les mêmes variations électriques en composantes rapides, dénommées activité gamma.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte