Ils partagent leur sens de déduction

Neurologues et les criminologues : des limiers dans l’âme  Abonné

Publié le 05/09/2013
1378377312451056_IMG_109921_HR.jpg

1378377312451056_IMG_109921_HR.jpg
Crédit photo : DR

LES TECHNIQUES DE LIMIER des neurologues sont très voisines de celles des criminologues dépeints dans les fictions. L’habileté du neurologue à résoudre un mystère neurologique réside dans son sens de l’observation, d’enquête, de raisonnement déductif, souvent en exploitant des indices minuscules. Et ces qualités sont similaires à celles déployées pour résoudre un crime, s’étonnent deux neuroscientifiques, Peter Kempster et Andrew Les, dans « Practical Neurology ». Ils poussent plus loin leur analyse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte