Sommeil et mémoire

Les neurones de l’oubli identifiés  Abonné

Par
Sophie Coisne -
Publié le 26/09/2019

Crédit photo : Phanie

Le sommeil est une phase cruciale pour la mémoire : il permet de consolider certains souvenirs et d’en supprimer d’autres. Une équipe américano-japonaise vient d’identifier, chez la souris, les neurones qui participent à cet oubli : situés dans l’hypothalamus, ils produisent l'hormone de mélanoconcentration (ou MCH pour melanin-concentrating hormone), connue jusqu’à présent pour stimuler l’appétit) (1). « L’oubli a mauvaise presse, reconnaît Francis Eustache, directeur de l’unité neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine à l’école pratique des hautes études.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte