Prévention de la perte mnésique chez la drosophile

Les inhibiteurs de l’EGFR, une piste dans l’Alzheimer  Abonné

Publié le 27/09/2012
1348708480374671_IMG_90101_HR.jpg

1348708480374671_IMG_90101_HR.jpg

UNE ÉQUIPE chinoise conduite par le Pr Yi Zhong (laboratoire Cold Spring Harbor) vient de tester avec succès des inhibiteurs de l’EGFR dans la maladie d’Alzheimer. En bloquant le signal EGRF, ces molécules utilisées classiquement dans les cancers pulmonaires ( ex. : erlotinib, gefitinib), préviennent la perte mnésique. Selon les chercheurs, « la perte de mémoire résulte de la toxicité amyloïde, dont l’activation se fait au dépend d’un signal EGFR, un processus qui semble tout à fait indépendant de la dégénérescence synaptique et neuronale ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte