Maladie d’Alzheimer légère à modérée

L’apport de la rivastigmine par voie percutanée

Publié le 25/01/2009
- Mis à jour le 25/01/2009

ON SAIT MAINTENANT que lorsque la maladie d’Alzheimer devient symptomatique la dégénérescence cérébrale est déjà significativement avancée. « Le primum movens, explique le Pr François Sellal (Colmar), serait le dépôt de protéine A ß, et en particulier des oligomères de protéine A ß42, qui engendrerait secondairement la dégénérescence neurofibrillaire responsable du déclin cognitif ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?