En psychiatrie  Abonné

Publié le 23/09/2013

L’innocuité relative de la SCP a encouragé la communauté médicale à la tester dans d’autres indications. La chirurgie psychiatrique, pour des dépressions sévères pharmaco-résistantes ou des troubles obsessionnels compulsifs, a fait objet d’une session. En dix ans de pratique, malgré de bons résultats moins de 1 000 patients en ont bénéficié. Les difficultés des évaluations pré et post-opératoires pour ces indications et les spécificités de l’usage dans le contexte psychiatrique ont été longuement abordées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte