La méditation soumise à l’épreuve de la science

Des effets modestes mais significatifs seulement pour la pleine conscience  Abonné

Publié le 09/01/2014
1389233671486602_IMG_119676_HR.jpg

1389233671486602_IMG_119676_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

L’ENTHOUSIASME dont bénéficie la méditation est-il justifié ? Telle est la question posée par des chercheurs de la John Hopkins University. Pour y répondre, ils ont réalisé une revue de la littérature incluant 47 études cliniques randomisées contrôlées et 3 515 participants. L’équipe de Goyal et coll. est parvenu à démontrer les faibles, sinon nuls, bénéfices de la méditation tous types de pathologies confondues. Dans un éditorial du « JAMA », le Pr Allan H.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte