La voie à des interventions thérapeutiques ciblées

Alzheimer : le peptide amyloïde bêta serait un prion  Abonné

Publié le 19/06/2012
1340068321358431_IMG_86218_HR.jpg

1340068321358431_IMG_86218_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

1340068321358570_IMG_86253_HR.jpg

1340068321358570_IMG_86253_HR.jpg
Crédit photo : phanie

CETTE DÉCOUVERTE majeure se situe dans le prolongement de travaux récents ayant montré que l’inoculation d’homogénats de cerveau contenant des agrégats d’Aß à des souris transgéniques « sensibles » (exprimant une forme mutée de la protéine précurseur de l’amyloïde, APP) accélère le processus de dépôt cérébral du peptide (Morales et coll., 2011 ; Rosen et coll., 2012).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte