Courrier des lecteurs

Alzheimer et nuances de gris  Abonné

Publié le 22/05/2018

Les femmes qui « portent la culotte » dans le couple sont un catalyseur dans l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

S’il est bien difficile d’établir qu’elles constituent un facteur de risques à part entière dans l’avènement de cette pathologie, force est de constater (après trente ans de médecine générale) qu’elles précipitent son évolution.

Le mari y trouve son compte en se reposant uniquement sur ses diktats, la culottée le sien en conférant à sa domination une légitimité aux allures de bienveillance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte