Un deuil sans tabou  Abonné

Publié le 27/03/2014

Il y a dix jours, un dimanche, une anesthésiste s’est, sans laisser d’explication, suicidée à l’hôpital de Châteauroux dans l’Indre. Comme chaque fois qu’un praticien met fin à ses jours sur son lieu de travail, le geste de cette jeune femme a suscité une très vive émotion dans la profession. Sur le site du « Quotidien », c’est une cinquantaine de confrères qui ont posté un mot de colère ou de désarroi.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte