Santé au travail

Ne plus ignorer la possible souffrance des oncologues

Par
Antoine Dalat -
Publié le 21/11/2019
L’oncologie est une spécialité à risque d’épuisement professionnel : proximité de la mort, surcharge de travail, possible sentiment d'isolement... Alors que le déni des oncologues face à leur mal-être est courant, des mesures émergent pour diminuer certains facteurs de risque.
Plus de risques de souffrance professionnelle dans les structures où le collectif ne fonctionne pas bien

Plus de risques de souffrance professionnelle dans les structures où le collectif ne fonctionne pas bien
Crédit photo : Phanie

« De manière générale, les médecins consultent malheureusement très peu la médecine du travail. Et les oncologues ne font pas exception à la règle. C’est même certainement une des spécialités qui consulte le moins alors que la souffrance au travail peut y être particulièrement forte », indique le Pr Philippe Colombat qui a une certaine légitimité pour s’exprimer sur ce sujet.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)