Vers un dépistage universel des parturientes ? L'expérience d'une maternité américaine

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 14/04/2020

Crédit photo : AFP

Faut-il dépister toutes les femmes enceintes venant accoucher à la maternité ? C'est ce que suggèrent des obstétriciens à New York d'après leur expérience au centre médical Irving de la Columbia University.

Dans une lettre publiée dans « The New England Journal of Medicine », l'équipe du Dr Dena Goffman rapporte que plus d'une parturiente asymptomatique sur huit était positive au SARS-CoV-2 à l'admission.

Les obstétriciens new-yorkais expliquent être passés au dépistage universel dans leur maternité, après avoir eu mi-mars deux femmes testées positives en post-partum immédiat devant l'apparition de symptômes alors qu'elles étaient initialement asymptomatiques.

Sur les 215 femmes enceintes ayant accouché dans leur centre et au New York Presbyterain Allen Hospital entre le 22 mars et le 4 avril, quatre femmes présentaient des symptômes de Covid-19, toutes étaient positives au SARS-CoV-2. Sur les 211 femmes asymptomatiques, le test a pu être réalisé chez 210 d'entre elles et 29 (13,7 %) étaient positives. Autrement dit, 29 des 33 patientes positives à l'admission (87,9 %) étaient initialement asymptomatiques.

Protéger les mères, leurs bébés et le personnel soignant

Chez les 29 cas confirmés initialement asymptomatiques, trois ont ensuite présenté de la fièvre avant le retour à domicile (séjour de 2 jours en médiane). Deux ont eu une prescription d'antibiotiques pour une suspicion d'endométrite, tandis que la troisième patiente a reçu des soins de support pour le Covid-19. De plus, une patiente testée négative à l'admission est devenue symptomatique en post-partum et un 2e test répété 3 jours après le premier est revenu positif.

Si les résultats observés dans leur centre ne sont pas généralisables partout ailleurs, ils soulignent le risque de Covid-19 parmi les parturientes asymptomatiques. Pour les auteurs, connaître le statut pour le SARS-CoV-2 permet de « déterminer les mesures d'isolement et l'attribution des lits, d'informer les services de néonatalogie et de guider l'utilisation de matériel de protection pour le personnel », ceci afin « de protéger les mères, leurs bébés et le personnel soignant ».


Source : lequotidiendumedecin.fr