Un nouveau modèle d’étude du VIH

Une espèce de singes sensible au SIV

Publié le 22/07/2009
- Mis à jour le 22/07/2009
1276097817F_600x_78235_IMG_17368_1248320904789.jpg

1276097817F_600x_78235_IMG_17368_1248320904789.jpg
Crédit photo : AFP

JUSQU’À PRÉSENT tout portait à croire qu’aucun des quarante virus simiens du VIH, ou SIV, n’était pathogène chez leurs hôtes naturels, nos cousins primates. L’équipe de Brandon Keele vient de montrer qu’un précurseur immédiat du VIH-1, appelé SIVcpz, peut entraîner un syndrome d’immunodéficience acquise chez des chimpanzés sauvages de Tanzanie. Selon les auteurs, cette découverte est une possibilité unique de comparer les mécanismes mis en jeu par deux virus très proches au sein de deux espèces apparentées.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?